mardi 26 décembre 2017

Un bonheur généalogique mêlé de tristesse : quand la folie resurgit du passé

Pour terminer l’année, Sophie Boudarel de la Gazette des Ancêtres nous propose deux Généathèmes : un sur l’entraide, un autre sur notre bonheur généalogique de cette année 2017. Je vais faire une pierre deux coups car mon bonheur généalogique de cette année a été permis grâce au service d’entraide du Cercle Généalogique de la Meurthe-et-Moselle. Voici comment j'ai pu en savoir plus que la folie d'un de mes ancêtres...

Où et quand est décédé Jean-Jacques Hubert WALENTIN ? 


Jean-Jacques Hubert WALENTIN (appelé Hubert) est né en 1820. Il est mon Sosa 120. Malgré mes recherches, je n’arrivais pas à retrouver son lieu et sa date de décès. Aucune trace dans les tables décennales des communes alentours, ni même dans les tables des successions et absences… Même les bases de données sur internet ne m’apprenaient rien… jusqu’au jour où Filae a indexé les registres d’Etat civil des archives mises en ligne…

Contre toute attente, je découvris qu’Hubert était décédé dans le département de la Meurthe et Moselle, dans la commune de Laxou. Très rapidement, je retrouve son acte de décès où il est dit pensionnaire de l’asile de Maréville. Comment… un fou dans ma famille ? Il me fallait en savoir plus sur cette histoire…

Heureusement qu’il y a l’entraide !


Je pris contact avec le service d’entraide du Cercle généalogique de la Meurthe-et-Moselle pour leur demander si les Archives Départementales 54 possédaient des archives de l’établissement de Maréville. Leur réponse fut positive et ils se proposèrent de faire les recherches pour moi… et fort heureusement. En effet, ces archives sont situées dans une annexe des AD54 et il faut une semaine de délai entre la commande et la communication en salle de lecture. En sachant qu’il fallait rechercher l’acte de décès de l’établissement, la liste des entrées et sorties, puis rechercher son dossier, avec à chaque fois une semaine d’intervalle… Autant dire que la tâche était impossible pour un chercheur éloigné comme moi.

Après plusieurs semaines et plusieurs passages en salle de lecture, ils m’envoyèrent le dossier d’Hubert, de son entrée en novembre 1869 à son décès en mars 1873. Un grand merci à eux en tout cas, car ils ont été d’une gentillesse et d’une patience remarquable !

Du bonheur et un peu de tristesse… 


Étrange sentiment que celui du généalogiste qui prend connaissance du document tant convoité, mais dont les propos relatent les problèmes de son aïeul. Un sentiment de bonheur pour ma part mêlé à de la tristesse et de l’étonnement. J’étais heureux d’en savoir plus sur mon AAAAGP, mais peiné de lire qu’il était effectivement considéré comme aliéné. Il disait en effet avoir marché plusieurs jours avec le Christ. Je ne connais pas l’origine de cette « folie », ni même de quand elle date. A moi maintenant de continuer les recherches, en espérant en savoir encore un peu plus sur lui.

Extrait du dossier de Jean Jacques Hubert VALENTIN (AD54 - 1855W493)

2 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord. C'est à la fois joyeux et triste quand on trouve un ancêtre dans ce genre.

    J'ai eu le cas aussi mais je n'ai pu obtenir que le registre des lois pour avoir des informations. Le reste n'ayant pas été conservé.

    Yann

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Yann,
      Merci pour le commentaire.
      On a quelque fois trop tendance à idéaliser nos ancêtres, alors qu'ils étaient des hommes et des femmes, avec leurs qualités et leurs défauts. Certains pouvaient être des bandits, d'autres des fous... dans ce cas, ce qui m'intéresse, c'est de comprendre pourquoi et comment ils ont pu en arriver là...
      A bientôt,
      Sébastien

      Supprimer